Le Réveil Lozère 12 septembre 2018 à 14h00 | Par AuréliePasquelin

Les ovins à l'honneur du Qualiviande 2018

Organisé une fois tous les deux ans à Aumont-Aubrac, le Qualiviande c'est le week-end de l'élevage viande de la rentrée. Cette année, en plus des traditionnels concours, les ovins seront mis en avant et occuperons les chapiteaux extérieurs de la halle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Entre 200 et 250 ovins sont attendus cette année au Qualiviande, à Aumont-Aubrac.
Entre 200 et 250 ovins sont attendus cette année au Qualiviande, à Aumont-Aubrac. - © Sandra Hartmann

Tous les deux ans, les éleveurs en ovins et bovins viande du département se réunissent pour le Qualiviande. Ce week-end dédié au monde de la viande lozérien se déroulera cette année sous la halle d'Aumont-Aubrac samedi 14 et dimanche 15 septembre. Aubrac, Limousines, Charolaises, blanches du Massif central (BMC), équins... les principales races des élevages viande seront réunis pour ces deux journées de concours. « De la planification des concours, à l'installation du matériel et des animaux en passant par les vérifications sanitaires, l'organisation d'un tel évènement demande beaucoup de travail et d'investissement de la part de tous les partenaires-organisateurs de ce week-end, confie Michaël Meyrueix, président de l'EDE Lozère et vice-président de la chambre d'agriculture. Tout le monde se mobilise pour que cette vitrine de l'élevage lozérien soit la plus belle possible ». Et cette vitrine est en tout cas bien fournie. Avec 210 Aubrac, 80 Limousines et 25 à 30 Charolaises, l'intérieur de la halle d'Aumont-Aubrac sera remplie de bovins des trois races les plus élevées en Lozère.

Suite de l'article à lire dans le dossier spécial Qualiviande du Réveil Lozère n°1475, du 13 septembre 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui