Le Réveil Lozère 06 juin 2018 à 10h00 | Par FXS

Les organisations agricoles européennes redoutent un proche compromis

La prochaine session de négociations de libre-échange entre l'UE et le Mercosur sera-t-elle conclusive ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Une nouvelle session de négociations sur le volet commercial d'un accord d'association entre l'UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) se déroule du 4 au 8 juin à Montevideo. Se conclura-t-elle par un compromis qui pourrait être officialisé en juillet ? Les organisations et coopératives agricoles de l'Union (Copa-Cogeca) semblent le redouter. Elles ont adressé le 24 mai un nouveau courrier à la commissaire européenne au commerce Cecilia Malmström, avec copie à son collègue chargé de l'agriculture, Phil Hogan, pour la mettre en garde contre d'éventuelles améliorations des concessions qui seraient octroyées au bloc sud-américain sous forme de contingents tarifaires d'importation pour les produits sensibles que sont le boeuf, le sucre, l'éthanol, la volaille, le riz et le jus d'orange.
Les négociateurs européens pourraient, selon certaines sources, améliorer leur offre d'accès au marché de l'UE pour le sucre, voire l'éthanol, afin d'obtenir notamment les concessions qu'attend cette dernière du Mercosur dans le secteur automobile.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1463, du 7 juin 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui