Le Réveil Lozère 16 mai 2018 à 10h00 | Par Propos recueillis par Actuagri

« Les nouvelles politiques européennes ne doivent pas se faire au détriment de la Pac »

La Commission européenne a dévoilé sa proposition pour le cadre financier pluriannuel 2021-2027 de l’Union Européenne. Elle propose notamment de réduire de 5 % le budget de la politique agricole commune (Pac). Une proposition que la FNSEA juge inacceptable. Henri Brichart, premier vice-président de la fédération, et en charge du dossier, fait le point sur les enjeux du futur budget européen.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

Dans quel contexte se fait cette proposition de la Commission européenne ?
Il faut rappeler au préalable la question du calendrier. On a là une proposition de la Commission européenne sur laquelle devront se mettre d’accord les chefs d’États et de gouvernements. On est encore au début de la procédure et des négociations entre la Commission et les chefs d’États. Si on se projette sur comment cela s’était déroulé lors du cadre financier pluriannuel précédent, il avait fallu quasiment un an et demi aux chefs d’États pour se mettre d’accord. La proposition actuelle n’est pas forcément ce que les agriculteurs verront s’appliquer. Reste aussi la question de savoir si les négociations aboutiront avant les élections européennes.

La FNSEA s’attendait-elle à une proposition plus avantageuse pour la Pac ?
C’est une déception parce qu’on s’attendait à beaucoup mieux. Même si on sait que les questions budgétaires doivent être compliquées, en particulier dans le cadre du Brexit.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1460, du 17 mai 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui