Le Réveil Lozère 25 avril 2018 à 09h00 | Par Nancy Sagnet

Les miss ont fait leur défilé

Le concours des Miss laitières, s’est tenu samedi 21 avril sous la halle d’Aumont-Aubrac. L’occasion pour les éleveurs de comparer et de départager les meilleurs animaux de chaque race.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Nancy Sagnet)  © Nancy Sagnet  © Nancy Sagnet  © Nancy Sagnet  © Nancy Sagnet  © Nancy Sagnet  © Nancy Sagnet  © Nancy Sagnet  © Nancy Sagnet  © Nancy Sagnet  © Nancy Sagnet  © Nancy Sagnet

Pour une nouvelle édition des Miss laitières, qui se déroulait le samedi 21 avril à la halle d’Aumont Aubrac, 122 animaux de cinq races étaient représentés : la Simmental, l’Abondance, la Prim’Holstein, la Brune et la Montbéliarde. La compétition s’est orientée vers des vaches de première lactation dont les élevages sont suivis par les techniciens du contrôle de performance de la chambre d’agriculture. Dans chaque catégorie, le prix de Miss laitière ainsi que le prix de la meilleure mamelle ont été remis.

Cinq races à l’honneur
Plus gros effectif du concours, 58 Montbéliarde ont été jugées. « Cette race compte un effectif de 5 000 têtes en Lozère. C’est une vache mixte avec de bonnes aptitudes laitières, de bonnes pattes et une bonne valeur bouchère, explique Serge Pouget, technicien à Auriva. Par rapport à il y a 10-12 ans, des progrès considérables ont été faits sur la qualité de mamelle ainsi que l’attache. »
Par ailleurs, une trentaine de Brunes ont été notés. La vache nommée Jinfizz GP a remporté le prix de Miss laitières. C’est une génisse appartenant à Génétique Passion, une copropriété de cinq éleveurs, qui est née au Gaec du Coulagnet sur la commune du Chastel-Nouvel. Jinfizz s’est distinguée par sa puissance, la solidité de ses membres ainsi que la qualité de l’attache de la mamelle. Des critères essentiels pour le Gaec du Gaec du Coulagnet qui accorde une importance « à la santé de la mamelle ainsi qu’à la qualité des aplombs favorisant de bonnes aptitudes à la marche pour le pâturage », confie Fanny Runel, associée du Gaec.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1457, du 26 avril 2018, en page 3.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.