Le Réveil Lozère 23 mai 2018 à 09h00 | Par JCD

Les marchés agricoles à la traîne

La 32e édition du rapport CyclOpe sur les marchés mondiaux, parue le 16 mai, montre un « atterrissage de plus en plus douloureux » concernant l’agriculture. Si la prospérité est de retour sur la planète économique, elle ne profite pas vraiment aux agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après la flambée des prix du « choc » de 2006-2014, suivi d’un « contre-choc », « nous avons eu un rebond des marchés de matières premières en 2017 à une exception notable : les marchés agricoles au sens large, des céréales et du sucre au sens plus étroit, connaissent un atterrissage de plus en plus douloureux », a déclaré Philippe Chalmin, professeur d’histoire économique à l’université Paris-Dauphine, lors d’une présentation de CyclOpe.
Si la bible des matières premières célèbre le retour de la croissance mondiale, cette dernière ne profite pas aux agriculteurs, toujours fragilisés par des cours déprimés. « Der Himmel lacht, Die Erde jubilieret », (le ciel rayonne, la terre jubile) : cette 32e édition du rapport annuel Cyclope met l’accent sur une croissance économique qui « frôle les 4 % comme au début du siècle ». Mais « sur les grands marchés agricoles, les grands produits végétaux, il n’y a malheureusement pas grand-chose à espérer, du point de vue du réajustement des déséquilibres mondiaux », considère Philippe Chalmin.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1461, du 24 mai 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui