Le Réveil Lozère 18 décembre 2019 à 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

Les JA 48 présents pour porter la voix de la Lozère

Cette année, les Jeunes agriculteurs Lozère ont fait un sans-faute en termes de présence aux différentes sessions nationales et université d’hiver.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JA48

En milieu d’automne, du 5 au 7 novembre, deux JA Lozère du département ont ouvert le bal des sessions nationales en participant à la première session Ruminant organisée dans la Sarthe. Du 12 au 14 novembre, deux JA 48 se sont rendus dans le département des Hautes-Alpes pour assister à la session Montagne. Lors de ces différents événements, plusieurs groupes de travail ont été créés. Par la suite, les délégations ont visité des exploitations, abattoirs… du département organisateur. Ces journées permettent d’échanger avec des JA de l’ensemble de l’hexagone, mais aussi d’aborder et défendre les thématiques propres à chaque territoire. Enfin, du 3 au 5 décembre, ce sont à nouveau deux JA du département qui ont fait le déplacement dans le Loiret pour assister à l’université d’hiver nationale. Il s’agit des mêmes thématiques qu’à l’université d’hiver régionale.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1539, du 19 décembre 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».