Le Réveil Lozère 06 février 2018 à 01h00 | Par Chloé Guyot

Les indices de nutrition

Calculés à partir d’une analyse d’herbe, les indices de nutrition sont des outils incontournables pour piloter la fertilisation phospho-potassique des prairies à moyen terme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © François d’Alteroche

L’analyse de l’herbe traduit directement l’aptitude des prairies à puiser les éléments nutritifs disponibles du sol contrairement à l’analyse de sol qui renseigne sur la disponibilité des éléments dans le sol. Cela permet de connaître l’état nutritionnel (NPK pour azote, phosphore et potassium) des prairies, de vérifier et de valider pour la campagne qui suit les pratiques fertilisantes des prairies.
Une fois l’échantillon d’herbe prélevé, les teneurs en azote, en phosphore et en potassium des plantes sont déterminées en laboratoire. Pour interpréter ces teneurs, les scientifiques ont mis au point des calculs permettant d’obtenir les indices de nutrition. Ces calculs sont basés sur la relation étroite qui lie la teneur en azote aux teneurs en phosphore et en potassium au sein de la plante. Ainsi, on obtient l’indice de nutrition phosphatée (INP) et l’indice de nutrition potassique (INK). L’interprétation de ces indices va permettre de piloter la fertilisation en fonction du positionnement des valeurs des indices sur la grille ci-dessous.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1446, du 8 février 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Les Marchés de gros de France subissent une diminution de plus de 50 % de leur activité pour une majorité d’entre eux.

depuis le début des manifestations des « Gilets jaunes », indique dans un communiqué vendredi 7 septembre la fédération des marchés de gros de France (FMGF).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui