Le Réveil Lozère 06 mars 2018 à 16h00 | Par Sophie Chatenet

Les Filles à côtelettes, un club d’amoureuses de la viande

Elles sont actrices, stylistes, cuisinières, sportives… et ont choisi d’affirmer haut et fort qu’elles se régalent d’une côte de bœuf, d’un bourguignon, d’une côte de veau…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S. Bourgeois

Sur le stand Interbev, lundi dernier, au salon international de l’agriculture, le public a pu découvrir des affiches inédites prouvant que dévorer un morceau de steak peut être glamour. Vingt personnalités féminines, issues de la mode (Elsa Oesinger, Inès Olympe Mercadal), du cinéma (Lola Dewaere, Delphine Depardieu, Sophie Mounicot, Joséphine Draï, Audrey Giacomini, Léa Wiazemsky), de la cuisine (Luana Belmondo, Céline Mori), de la musique (Anggun, Adrienne Pauly), de la danse (Silvia Notargiacomo), des médias (Émilie Besse, Frédérique Courtadon, Géraldine Maillet) mais aussi des femmes issues des métiers de la filière élevage et viande (Kelly Rault, Delphine Henniaux, Anne-Sophie et Marie-Laure Bach) ont posé, pour la première fois, avec leur plat préféré devant l’objectif des photographes Pierre Monetta et Valéry Guedes pour Grand Seigneur, le magazine du plaisir à table.

 

 

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1450, du 8 mars 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.