Le Réveil Lozère 25 mars 2015 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Les filières de qualité Aubrac

La race Aubrac est une race rustique locale pouvant être valorisée au travers de filières qualité à haute valeur ajoutée. Nicolas Saint-Léger, éleveur à Saint-Sauveur-de-Ginestoux est convaincu de leurs intérêts. Elles lui permettent de vendre ses bêtes à un bon prix.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sandra Hartmann

Nicolas s’est installé en 2004, il est éleveur bovin viande et conduit un troupeau d’Aubrac. Son exploitation fait 290 hectares, 65 sont consacrés à la fauche, cinq aux céréales et le reste est en estive. Il est en Gaec avec sa maman : le Gaec de la Baraque de la Motte. « J’ai 115 mères à vêler, détaille-t-il. Les meilleures sont inséminées en race pure et les plus tardives sont croisées en Charolais. » Pour l’agriculteur, la génétique est un levier indiscutable pour assurer les meilleures qualités qui soient à son troupeau. « Je produis en premier lieu du broutard, poursuit-il. Profiter des filières qualité Aubrac me permet d’avoir un prix correct, je ne me préoccupe pas ou peu de la volalité des prix ni de l’aspect commercialisation. Disons que c’est une sécurité. » Nicolas est adhérent à Cémac-Cobévial, l’organisation de producteur est engangée dans la filière BFA. Dans le département, l’an passé, 514 animaux ont été labellisés BFA pour 559 animaux. Cent trente-sept éleveurs sont inscrit dans la filière. « En BFA, je dois sortir six bêtes par an », détaille-t-il ; chiffre se situant dans une moyenne haute : 4,8 BFA par an sur le bassin de production et 5,1 en Lozère. Nicolas est donc bon élève et ajoute les qualités qu’il recherche chez une digne représentante de la race Aubrac : « De la rusticité, un bon bassin pour les veaux et des aptitudes laitières. » BFA ou Fleur d’Aubrac, produire sous signes de qualité, c’est respecter un cahier des charges. Ce dernier garantit la qualité des produits, « les animaux doivent bien tomber en carcasse. Sur mon exploitation, ils consomment des graines de lin, c’est un vrai plus en termes de finition. » Précisement, la viande BFA est issue de génisses, de vaches ou de bœufs. En période d’estives, les animaux s’alimentent sur les prairies. L’engraissement se fait chez l’éleveur au minimum pendant quatre mois avec des aliments complémentaires à base de céréales contrôlés par un organisme certificateur. Maïs et ensilage sont proscrits dans la ration des animaux. Des éleveurs optent pour des durées d’engraissement plus longues, notamment pour les animaux de concours. Nicolas engraisse ses bêtes pendant cinq à six mois, « tout dépendant de la conformation », précise-t-il.

La suite dans le Réveil Lozère, page 7, édition du 26 mars 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui