Le Réveil Lozère 04 mars 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Les ferrandaises de Serge Decroix sélectionnées pour le prix de l’agrobiodiversité animale

L’éleveur Serge Decroix a fait partie des 17 projets sélectionnés pour la 8e édition du prix national de la Fondation du patrimoine pour l’agrobiodiversité animale de 2020.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Famille Decroix

L’élevage de ferrandaises de Serge Decroix a commencé en 2007. « En me promenant en Auvergne avec ma fille, j’ai eu un coup de cœur pour la race ferrandaise », explique-t-il. Ramenant alors Colombe en Lozère, il en fait une star qui parcourt avec lui fêtes et animations françaises. Originaire du Puy-de-Dôme, cette race rustique a des qualités méconnues, selon l’éleveur.
L’histoire ne s’arrête pas là pour Serge Decroix qui a désormais dix ferrandaises, en plus de ses Aubrac. « Je souhaite faire reconnaître la race ferrandaise », dit-il. Un leitmotiv qui le pousse, en 2020, à présenter son dossier pour ce prix national pour l’agrobiodiversité animale. Et surprise, il fait partie des 17 projets retenus lors d’une première sélection. « Nous avons en moyenne une trentaine de projets par année pour le prix », explique Emmanuel Ribaucourt, délégué national au patrimoine naturel de la Fondation du patrimoine. Ce prix est par ailleurs soutenu par le ministère de l’agriculture.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1550, du 5 mars 2020, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui