Le Réveil Lozère 16 mai 2018 à 10h00 | Par Pierrick Bourgault

Les experts italiens de l’agritourisme

En Italie, les agriculteurs veulent communiquer et vendre grâce au tourisme, relier leur territoire et leurs produits : « Car les gens ont envie de savoir ce qu’ils mangent ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Chez Masi, pour expliquer la transformation du raisin en vin, les visiteurs sont immergés par groupes de 16 personnes dans une cuve. En trois minutes, un spectacle son et lumière y résume trois semaines de fermentation. On voit le chapeau se former, remontages et soutirages, on entend les bulles de gaz carbonique. www.masi.it
Chez Masi, pour expliquer la transformation du raisin en vin, les visiteurs sont immergés par groupes de 16 personnes dans une cuve. En trois minutes, un spectacle son et lumière y résume trois semaines de fermentation. On voit le chapeau se former, remontages et soutirages, on entend les bulles de gaz carbonique. www.masi.it - © Bourgault

Le tourisme se développe : en 2017, le nombre de visiteurs a augmenté de 8 % en Europe. Or la nourriture est un langage universel qui passionne ce large public venu du monde entier, en particulier de l’Asie prospère. Comment les agriculteurs italiens sont-ils devenus acteurs du tourisme ? Car ils aiment leur terre natale, car ils ont gardé des exploitations de petite taille et sont fiers du patrimoine archéologique et historique qui les entoure. Venise, Vérone, Florence, Rome sont magnifiques et la foule y afflue. Une idée a germé dans les campagnes italiennes : et si ces visiteurs venaient explorer les territoires, le travail et les produits de l’agriculture ?
Les suggestions sont nombreuses : visites d’élevages de buffles, mini-stages d’une demi-journée pour apprendre à élaborer le fromage, préparer des pâtes au blé dur ou des pizzas dans une cuisine panoramique avec vue, découvrir la torréfaction du café et ses arômes. Selon la saison, récolter du miel, ramasser des fruits, des herbes et les cuisiner, visiter un moulin à huile en activité dans la bonne odeur des olives pressées ; on apprend qu’il existe près de 500 variétés d’oliviers en Italie et que les Romains l’extrayaient déjà. « Il est important que le tourisme ne soit pas limité à Vérone, » martèle Roberto Ferroli, propriétaire du Roxy Plaza Hotel à Soave, qui organise ce « tourisme d’expérience » en minibus de huit personnes avec chauffeur.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1460, du 17 mai 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui