Le Réveil Lozère 27 février 2018 à 16h00 | Par AG

Les eurodéputés appellent Bruxelles à mieux soutenir les secteurs ovin et caprin

La commission de l’agriculture du Parlement européen a adopté (par 37 voix contre 3) le 22 février le rapport d’initiative de l’eurodéputé espagnole Esther Herranz García (groupe PPE) sur « la situation actuelle et les perspectives d’avenir des secteurs ovin et caprin dans l’UE ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le rapport, qui devrait être voté par le Parlement dans son ensemble au cours de la session plénière du 16 au 19 avril à Strasbourg, recommande en particulier la mise en place, dans le cadre de la future Pac, d’un nouveau paiement environnemental pour rémunérer les biens publics fournis par les éleveurs d’ovins et caprins, tels que l’amélioration des terres et la préservation des écosystèmes.
Les eurodéputés demandent également que les aides volontaires couplées dont bénéficient ces secteurs soient au moins maintenues, voire augmentées. Des aides supplémentaires devraient également être accordées aux éleveurs qui font plus en termes de bien-être animal, aux jeunes agriculteurs et aux nouveaux arrivants, estiment-ils.
Le rapport parlementaire invite la Commission européenne à accroître son soutien à la promotion de viande ovine et caprine et à l’innovation dans ce secteur.

 

 

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1449, du 1er mars 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.