Le Réveil Lozère 20 février 2019 à 16h00 | Par AG

Les États membres demandent toujours plus de dispositions volontaires

Les experts des États membres de l’UE poursuivent leurs travaux sur les propositions de la Commission européenne pour la prochaine Pac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Christian Lambiotte – CE

Leurs discussions le 11 février en Comité spécial agricole (CSA) ont porté sur le nouveau dispositif de paiements directs découpé en plusieurs niveaux (aide au revenu, aide aux jeunes agriculteurs, paiement redistributif et éco-programmes) ainsi que sur leurs critères d’octroi. Et une fois encore, les délégations ont cherché à obtenir toujours plus de souplesses pour appliquer les nouvelles règles.
Sur la définition des « jeunes agriculteurs », la plupart des États membres soutiennent l’approche volontaire proposée par la présidence roumaine du Conseil de l’UE pour permettre à chacun de définir des « critères d’éligibilité objectifs et non discriminatoires », notamment en matière de formation et de compétences – alors que la Commission propose que ces critères soient rendus obligatoires pour bénéficier de la prime aux jeunes agriculteurs.
Même constat sur la définition du « vrai agriculteur » : les délégations souhaitent globalement un dispositif volontaire de cette définition – comme le propose là encore la présidence roumaine.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1498, du 21 février 2019, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui