Le Réveil Lozère 20 décembre 2017 à 08h00 | Par AG

Les États membres attendent des clarifications

Sans s’y opposer fortement, les ministres de l’Agriculture des Vingt-huit n’ont pas non plus accueilli à bras ouverts les premières propositions de la Commission européenne sur la future Pac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les ministres de l’Agriculture de l’UE, réunis le 11 décembre à Bruxelles, ont réservé un accueil plutôt tiède aux orientations de la Commission européenne pour la prochaine Pac après 2020. Ils s’inquiètent en particulier du risque de complexification de la réglementation qu’impliqueraient les propositions de la communication sur l’avenir de la Pac adoptée le 29 novembre par la Commission européenne. Son projet phare qui vise à confier plus de responsabilités aux États membres pour l’application de cette politique, en particulier des mesures de verdissement, via un « nouveau modèle de mise en œuvre », laisserait les États membres ou les régions établir des plans stratégiques validés par la Commission. Un tel dispositif fait craindre à certains une renationalisation de la Pac. L’Espagne, l’Autriche et la Grèce, ainsi que, dans une moindre mesure l’Italie, la Pologne, la France et la Hongrie, ont émis de fortes réserves face à cette proposition. Ces pays redoutent non seulement que celle-ci remette en cause des règles du jeu équitables mais également qu’elle ne complexifie grandement la mise en œuvre de la législation pour les États membres et les agriculteurs. Beaucoup redoutent des retards de mise en œuvre – et donc de paiements –, comme cela a été le cas pour les derniers programmes de développement rural.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1439, du 21 décembre 2017, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui