Le Réveil Lozère 17 avril 2018 à 17h00 | Par Aurélie Pasquelin

Les éleveurs préparent leurs miss

Organisé par le Comel, le concours des Miss laitières aura lieu samedi 21 avril à la halle d'Aumont-Aubrac. En attendant le jour J, les concurrents préparent leurs bêtes. Reportage chez trois éleveurs qui ont décidé de présenter leurs animaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Albert Privat, éleveur à Chantéruejols avec Lavande, Montbéliarde.
Albert Privat, éleveur à Chantéruejols avec Lavande, Montbéliarde. - © Aurélie Pasquelin

Chaque année, le Comel (comité d'organisation des manifestations d'élevage) organise le concours des Miss laitières à Aumont-Aubrac. Cette année, les primipares de cinq races* seront en compétition samedi 21 avril à partir de 10 h. Plus gros effectif de la manifestation, les Montbéliardes pourront compter sur la présence de Lavande et Lutèce, les deux animaux choisis pas Albert Privat pour représenter son exploitation. Installé à Chantéruejols, l'agriculteur avait arrêté de participer aux concours. Pourtant il a décidé cette année de revenir dans la compétition. « Mon fils, Pierre, a 17 ans et est très intéressé par les concours. C'est lui qui m'a convaincu d'y participer cette année, indique le père.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1456, du 19 avril 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui