Le Réveil Lozère 10 octobre 2018 à 14h00 | Par Nancy Sagnet

Les éleveurs Lozériens au Sommet

À Cournon-d’Auvergne, le 3, 4 et 5 octobre 2018, les éleveurs lozériens étaient présents pour le Sommet de l’élevage. Plusieurs concours de races avaient lieu durant les trois jours que ce soit en production bovine ou ovine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 © Axel Douesnard  © Axel Douesnard  © Axel Douesnard Thône et Martaud © Axel Douesnard  © Axel Douesnard  © Axel Douesnard  © Axel Douesnard  © Axel Douesnard  © Axel Douesnard  © Axel Douesnard

Une météo clémente, des élevages de qualité ainsi que de nombreux visiteurs étaient au rendez-vous : tous les ingrédients étaient réunis pour la 27e édition du Sommet de l’élevage qui se déroulait les 3, 4 et 5 octobre aux Halles de Cournon-d’Auvergne. Pour l’occasion, plusieurs élevages lozériens avaient fait le déplacement. Du côté de la race Aubrac, douze élevages lozériens avaient apporté un taureau adulte, deux bourrettes de 18 mois, quatre vaches suitées de veaux mâles purs, une vache suitée de vêles pures, trois vaches suitées de veaux mâles croisés, et enfin quatre vaches suitées de vêles croisées. Dans cette dernière section, Aimé Mazoyer, associé du Gaec Mazoyer, installé à La Brousse, sur la commune de Pont-de-Montvert-Sud-Mont-Lozère, avait amené un animal. « C’est le seul concours où notre élevage participe, explique l’intéressé. Le reste de l’année nous n’avons pas le temps de faire d’autres concours mais depuis 15 ans nous participons tous de même à celui-là. Nous aimons le contact avec d’autres éleveurs du berceau puisque le niveau génétique y est à la pointe ». Pour l’événement, le Gaec Mazoyer a amené une vache nommée Finlande avec sa suite âgée de 10 mois faisant 353 kg. « Le croisement avec un père charollais permet de mettre en avant le potentiel de la race avec des animaux inférieurs, ajoute l’éleveur. Finlande est une vache développée avec de bons aplombs, un bon potentiel laitier qui permet de bien alourdir la jeune vêle et enfin elle à des vêlages faciles. En plus, elle est assez docile car nous avons une étable à l’attache. Elle est donc habituée au contact humain et cela nous prend moins de temps pour dresser les animaux. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1479, du 11 octobre 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui