Le Réveil Lozère 11 mars 2020 à 13h00 | Par MN

Les discussions aboutissent entre fermiers et bailleurs

Les sections des fermiers et des propriétaires de la FNSEA ont trouvé un accord sur la réforme du statut du fermage. Après plusieurs années de négociation, il ouvre la voie à une position commune qui serait défendue par la FNSEA en vue de la future loi foncière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Cyrielle Delisle

Après plusieurs années sans accord entre fermiers et bailleurs de la FNSEA, la section des fermiers et des métayers (SNFM) a annoncé, le 27 février au Salon, qu’avec deux nouvelles avancées récentes sur le statut du fermage, les discussions avec la section des propriétaires ruraux (SNPR) ont abouti en février. Sur six propositions de la SNFM ayant trait au statut du fermage, quatre avaient été approuvées par la section des propriétaires ruraux de la FNSEA (SNPR) en mars 2019, mais deux restaient en discussion. Ces deux motions étaient aussi les plus délicates à adopter. « La transmission facilitée de l’entreprise du fermier sortant et la subrogation élargie du droit de préemption du fermier » ont fait l’objet d’un accord en février. Les deux sections de la FNSEA peuvent maintenant présenter un socle commun aux parlementaires dans le cadre des discussions sur la future loi foncière, s’est félicitée la SNFM.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1551, du 12 mars 2020, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui