Le Réveil Lozère 06 septembre 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Les dégâts de sangliers au centre des préoccupations des chasseurs

L’ouverture générale de la saison de chasse se fait dimanche 10 septembre. L’heure est venue de faire le point sur cette nouvelle saison avec André Thérond, président de la FDC48.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
André Thérond, président de la fédération départementale des chasseurs de Lozère.
André Thérond, président de la fédération départementale des chasseurs de Lozère. - © Aurélie Pasquelin

Ils seront nombreux dimanche 10 septembre à reprendre leur fusil pour repartir dans la campagne lozérienne chasser perdrix, renards, cerf et autres gibiers. En effet, cette année, la fédération des chasseurs de Lozère a décidé de repousser la date d’ouverture de la chasse au 10 septembre. « Auparavant, nous ouvrions la saison à la fin du mois d’août, explique André Thérond, président de la fédération. Cette année, nous avons voulu laisser le temps au chasseur et ouvrir la saison après la rentrée scolaire pour qu’ils soient plus efficaces dans les mois d’hivers. » Une décision qui s’accompagne pourtant d’une ouverture anticipée pour les sangliers, déjà chassés depuis samedi 2 septembre. « Si les autres gibiers se portent plutôt bien, en général, on peut dire que le sanglier se porte trop bien », continue le président de la FDC 48.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1424, du 7 septembre 2017, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui