Le Réveil Lozère 25 avril 2018 à 09h00 | Par fdcuma de lozère

Les Cuma se préparent pour leur journée « nouvelles technologies »

Comme chaque année, la FDCuma de Lozère organise une journée dédiée aux machines agricoles. Pour l’édition 2018, les organisateurs ont décidé de mettre l’accent sur les nouvelles technologies. Rendez-vous le jeudi 3 mai à Chanac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lundi 23 avril, les organisateurs se sont à nouveau réunis à Chanac pour finaliser la préparation de la journée.
Lundi 23 avril, les organisateurs se sont à nouveau réunis à Chanac pour finaliser la préparation de la journée. - © FD CUMA de lozère

L’agriculture est en constante évolution et les agriculteurs doivent s’adapter afin de disposer de matériels adaptés à leurs chantiers tout en veillant à ne pas alourdir leurs charges de mécanisation. Pour répondre aux enjeux auxquels la profession agricole est confrontée : gain de temps, qualité et confort de travail mais également optimisation des matériels, la Cuma reste la meilleure solution pour disposer de matériels performants tout en limitant la charge économique.

Plus de 30 matériels exposés tout au long de la journée
Afin de mettre en avant et de développer le dynamisme du réseau des Cuma en Lozère, la fédération départementale des Cuma organise une nouvelle journée départementale machinisme sur le thème des « nouvelles technologies ». Cette journée se déroulera au hangar de la Cuma du Causse à Chanac. Lors de cette journée près d’une trentaine de matériels pouvant être utilisés sur l’ensemble des chantiers d’une exploitation (épandage, semis, manutention des animaux, automoteurs…) seront exposés.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1457, du 26 avril 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.