Le Réveil Lozère 23 décembre 2019 à 15h00 | Par David Bessenay

Les Cuma et le défi de l’emploi

Depuis que les Cuma ont été reconnues groupement d’employeurs, le sujet de l’emploi est devenu prioritaire pour les coopératives de matériel. La fédération régionale des Cuma organisait le 5 décembre à Précieux (Loire) une journée complète d’échanges et de travail consacrée à l’emploi partagé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les postes de chauffeurs et de chauffeurs-mécaniciens sont les plus recherchés par les Cuma.
Les postes de chauffeurs et de chauffeurs-mécaniciens sont les plus recherchés par les Cuma. - © DR

« Quand nous avons formé la Cuma Auvergne-Rhône-Alpes, la problématique de l’emploi était au cœur de notre projet politique », se souvient Daniel Petitjean, devenu depuis le président de la nouvelle organisation. Et de préciser les objectifs de l’échelon régional : « aider les Cuma à faire émerger des emplois mais sans être là pour faire le travail de suivi. Demain, si on veut exister face aux ETA (entreprises de travaux agricoles), il faut amener de l’emploi dans nos structures », insistait-il en introduction de cette journée « Label Cuma » consacrée à l’emploi partagé, organisé dans la Loire au lycée de Précieux (Campus Agronova).

Un besoin vital
Cet appel au salariat semble une évidence et surtout une nécessité pour pallier l’évolution de la démographie agricole, l’augmentation des surfaces des exploitations et soulager des agriculteurs débordés. Les témoignages ont été unanimes dans ce sens, à l’image de celui d’Alexandre Bardonnet, président des Cuma de la Loire : « Les agriculteurs n’ont plus de temps, si on ne se met pas à l’emploi, les Cuma et les exploitations pourraient disparaître. » Jérôme Arnaud, secrétaire général de la FRCuma et président de la Cuma du Puy-de-Dôme, relevait que « la possibilité de devenir groupement d’employeurs pour une Cuma avait été une réelle opportunité ». Reste pour certaines à franchir le pas. Pour d’autres, c’est déjà fait.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1540, du 26 décembre 2019, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui