Le Réveil Lozère 15 mars 2017 à 08h00 | Par Nathalie Rigoulet

Les châtaigniers au centre des préoccupations

Pour clore la journée apicole Loïc Molines, responsable de l’antenne lozérienne du CRPF, a abordé la problématique du déclin du châtaignier et son impact direct sur le milieu apicole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les résultats d’une large étude sur l’état sanitaire des châtaigniers forestiers en haute et basse Cévennes ne sont pas optimistes.
Les résultats d’une large étude sur l’état sanitaire des châtaigniers forestiers en haute et basse Cévennes ne sont pas optimistes. - © Julien Beinat

La forêt lozèrienne constitue le second espace productif après les espaces pâturés. En gros, 25 % de cette forêt est publique et gérée par l’ONF et 75 % privée. Avec un taux de boisement de 45 % contre 29 % au niveau national, cette forêt alimente plus de 2 000 emplois. Mais certaines essences ont beaucoup souffert, le châtaignier tout particulièrement. Des siècles en arrière l’homme entretenait ces forêts de châtaigniers. Il utilisait tout : le bois, les feuilles, les châtaignes. Mais de nos jours, les châtaigneraies se débrouillent toutes seules. Les résultats d’une large étude sur l’état sanitaire des châtaigniers forestiers en haute et basse Cévennes ne sont pas optimistes. Sur 1 140 arbres observés, plus de la moitié sont morts ou défoliés, preuve que les arbres sont stressés. Un cumul de facteurs semble responsable du dépérissement.

Suite dans le Réveil Lozère n°1401 du 16 mars 2017, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui