Le Réveil Lozère 27 décembre 2017 à 08h00 | Par FDC 48

Les chasseurs garants de la qualité du gibier

Maîtriser la sécurité de nos aliments tout au long de la chaîne alimentaire est devenu une règle imposée aux produits issus de la chasse depuis l’entrée en vigueur des règlements européens connus sous le nom de « paquet hygiène ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDC 48

Le gibier tué doit être examiné par le producteur, c’est-à-dire le chasseur lui-même, avant sa collecte ou sa commercialisation en circuit direct. Cette obligation, appelée examen initial, nécessite la formation des chasseurs au dépistage et à l’identification des principales anomalies observées sur les animaux, entiers ou après éviscération. C’est aussi une étape importante dans la détection de maladies contagieuses de faune sauvage. Savoir examiner un gibier devient ainsi une obligation légale dans les cas de commercialisation de la venaison ou des repas de chasse et d’association. Mais c’est surtout, d’une façon générale, un devoir moral car il en va de l’hygiène alimentaire. La venaison doit présenter toutes les garanties d’une viande saine.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1440, du 28 décembre 2017, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous ne pouvons imposer aux pays tiers les conditions d’exportation de nos produits.

s’est exclamé Stéphane Travers, le 7 février au congrès de la Fédération nationale bovine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui