Le Réveil Lozère 23 décembre 2019 à 15h00 | Par Laurence Sagot, Institut de l’élevage-Ciirpo

Les bonnes questions à se poser avant d’aménager une bergerie

C’est dès la phase du projet de bâtiment que se déterminent les futures conditions de travail.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Prévoir des portillons pour enjamber le moins possible.
Prévoir des portillons pour enjamber le moins possible. - © CIIRPO

Un projet bâtiment est le moment clé où l’éleveur va construire ses futures situations de travail, celles qui lui permettront de réaliser un travail conforme à ses attentes et compatible avec sa santé, aujourd’hui et à long terme. On cherche le compromis qui alliera de bonnes conditions de réalisation du travail, le bien-être animal et les performances techniques et économiques. Ces éléments ne sont pas contradictoires, au contraire, de bonnes conditions de travail favorisent l’amélioration des performances techniques et économiques. Le premier élément consiste à éviter les ports de charges pour préserver le dos, les membres supérieurs… Par exemple, les solutions de distribution automatique, mécanisée, ou transportée au plus près de la distribution (brouette, quad…) permettent de répondre à chaque situation de bâtiments ou de lots d’animaux.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1540, du 26 décembre 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».