Le Réveil Lozère 14 mars 2018 à 09h00 | Par Mélodie Comte

Les bases de la clôture électrique

La clôture électrique est un outil indispensable en élevage. Son installation doit être réalisée dans de bonnes conditions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’heure est à la préparation des pâtures. Veillez à respecter toutes les étapes de la mise en place des clôtures
L’heure est à la préparation des pâtures. Veillez à respecter toutes les étapes de la mise en place des clôtures - © D. Hardy

La saison du pâturage va bientôt reprendre et il est urgent de préparer au mieux ses parcelles. Voici quelques rappels et conseils sur les clôtures électriques.

Dans une clôture bien conçue, le courant ne circule pas sauf quand un animal touche les fils. En effet, la clôture forme un circuit ouvert en deux parties : le fil électrifié sur lequel l’électrificateur émet des impulsions et de l’autre, le sol relié à la borne négative par le système de prise de terre. Lorsque l’animal entre en contact avec le fil électrifié, il ferme le circuit permettant donc au courant électrique de circuler, de traverser l’animal et de retourner à l’électrificateur via le sol et la prise de terre. On comprend donc aisément que l’animal doit être l’unique « corps » à fermer le circuit, d’où l’importance d’éviter le plus possible les contacts entre l’herbe (ou tout autre « corps » : branches, feuillages…) et les fils.

Suite de l'article à lire dans le dossier « Aménagement du pâturage » du Réveil Lozère n°1451, du 15 mars 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.