Le Réveil Lozère 23 décembre 2019 à 16h00 | Par Réveil Lozère

Les auxiliaires de protection de la forêt méditerranée fêtent leur 20 ans

20 ans dans le risque des préventions incendies aux côtés des services de l’État : l’APFM a fêté au mois de décembre ce bel anniversaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Préfecture

Ce jeudi 12 décembre à la mairie du Collet-de-Dèze, les auxiliaires de protection de la forêt Méditerranée soufflaient leur vingtième bougie, en présence de Chloé Demeulenaere, sous préfète de l’arrondissement de Florac. Seuls trois agents APFM sont présents pour couvrir le département lozérien, basés à Saint-Étienne-Vallée-Française.
Pour saluer le travail exceptionnel des agents sur le terrain à l’année longue, « il a été acté que cette action n’avait plus rien d’auxiliaire, et de ce fait la nouvelle dénomination est désormais celle d’agents de protection de la forêt méditerranéenne » a expliqué la sous-préfète lors de son allocution.
Nés en 1999, les APFM (auxiliaires de protection de la forêt Méditerranée) assurent le maintien en conditions opérationnelles des équipements de défense contre les incendies en forêt. Ils conduisent également les opérations de prévention des incendies (brûlages dirigés, débroussaillages) et contribuent aux dispositifs estivaux de surveillance et d’alerte.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1540, du 26 décembre 2019, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».