Le Réveil Lozère 17 avril 2018 à 17h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Les autorités américaines auraient donné leur feu vert

Selon le Wall Street Journal, les autorités américaines de la concurrence s’apprêteraient, à leur tour, à donner leur feu vert au rachat de Monsanto par son concurrent allemand Bayer. Un accord de principe aurait été trouvé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Longtemps réticentes, elles devraient finalement autoriser cette opération suite à de nouveaux engagements de cession d’actifs pris par les deux entreprises. La Commission européenne a validé fin mars, sous conditions, le rachat de Monsanto par Bayer en contrepartie de la cession d’un paquet d’activité comprenant des semences (potagères, grandes cultures), des pesticides, en particulier le glufosinate-amonium de Bayer, et des outils dans l’agriculture numérique à BASF. Bayer, qui attend également que Bruxelles examine ces rachats par BASF, espère pouvoir finaliser l’absorption de Monsanto dans les prochains mois.
Le groupe allemand s’est dit prêt le 11 avril à de nouvelles cessions en vue du rapprochement. « Certains produits de traitement de semences Bayer seront proposés à la vente à la place de NemaStrike, produit de Monsanto », selon un communiqué. De plus, l’activité de Bayer dédiée à l’agriculture numérique « doit être cédée plutôt que d’être confiée sous licence, et Bayer recevra en retour une licence pour certaines applications agricoles numériques ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui