Le Réveil Lozère 18 juillet 2017 à 08h00 | Par Agra

Les attentes des filières agricoles

Les filières agricoles ont exprimé leurs attentes des états généraux de l’alimentation qui sont lancés le 20 juillet, mais dont les ateliers débuteront le 29 août. La priorité est la répartition de la valeur, mais aussi une redéfinition des règles commerciales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les différentes filières agricoles attendent des états généraux de l’alimentation une répartition de la valeur.
Les différentes filières agricoles attendent des états généraux de l’alimentation une répartition de la valeur. - © V. Marmuse

« On ne peut pas accepter dans notre pays que l’on puisse produire, faire, travailler et ne pas en vivre dignement », avait déclaré le 9 juin, Emmanuel Macron au lycée agricole de Limoges Les Vaseix (Haute-Vienne). Les états généraux de l’alimentation doivent consacrer un large débat sur cette question, dans le premier chantier portant sur la création et la répartition de la valeur dans les filières agricoles. Jérémy Decerle, président de Jeunes agriculteurs, pense « qu’il faut se servir de ce rendez-vous pour poser des jalons et restructurer les filières ». Il dit « attendre beaucoup des animateurs et de l’État », évoquant l’habituel « jeu de dupe » dans certaines filières.
Dans la filière laitière, l’enjeu législatif est majeur. La loi Sapin 2, visant entre autres à renforcer le pouvoir des producteurs dans les négociations de prix, n’est pas encore appliquée dans sa totalité. « J’ai tendance à penser qu’il faut légiférer. Mais sans que l’emballement législatif conduise à du normatif », relevait André Bonnard, secrétaire général de la FNPL, le 12 juillet. Il estime que les attentes sociétales et la création de valeur sont « un seul et unique thème », à défendre durant les tables rondes. Pour le syndicat, la question du prix reste cruciale. Ce sera « la posture de la FNPL », explique-t-il.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1419, du 20 juillet 2017, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui