Le Réveil Lozère 02 octobre 2019 à 11h00 | Par Camille Peyrache

Les attaques répétées du loup mettent la profession en colère

Avec une population de loups estimée à 530 individus, l’espèce Canis lupus a dépassé le seuil de viabilité démographique fixé à 500 loups. Depuis 2008, le nombre d’animaux d’élevage prédatés est en constante progression, pour atteindre plus de 12 000 victimes en 2018.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les étés se suivent sans que la situation des éleveurs ne s’améliore face aux dégâts provoqués par le loup. Au cours de l’été, la prédation sur des ovins, des caprins, voire des veaux ou génisses, a généré une grande tension chez les éleveurs exposés. À la fin août 2019, selon les chiffres les plus récents que nous avons pu recueillir, le nombre d’animaux prédatés du loup s’élève à 3 406 victimes indemnisées et 4 872 victimes constatées. « C’est la première année où nous observons une légère baisse des victimes de la prédation, explique Claude Font, élu de la Fédération nationale ovine (FNO) en charge du dossier loup. Nous estimons que les tirs de défense ont joué un rôle dans ce premier recul, mais ces chiffres sont encore bien trop élevés. »

Suite de l'article à lire dans le dossier loup du Réveil Lozère n°1528, du 3 octobre 2019, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui