Le Réveil Lozère 22 novembre 2016 à 08h00 | Par Le Réveil Lozère

Les aides animales évoluent

Les modalités d’attributions prévues pour les aides directes couplées aux agriculteurs ont été annoncées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une aide complémentaire de six euros est maintenue pour les nouveaux producteurs d’ovins.
Une aide complémentaire de six euros est maintenue pour les nouveaux producteurs d’ovins. - © Guillaume Perrin

Le principe dit de rétropolation va s’appliquer : il s’agit de réduire le nombre de brebis primées à l’aide de base au nombre nécessaire pour obtenir 0,5 agneau vendu par brebis en cas de seuil inférieur à 0,5. Pour un troupeau de 500 brebis, si 300 agneaux sont vendus, 500 brebis seront primées à l’aide de base, avec la possibilité de bénéficier des aides complémentaires si les conditions sont remplies. Si 100 agneaux sont vendus, 200 brebis seront primées à l’aide de base, et aucune des aides complémentaires ne sera versée même si les conditions de leur bénéfice sont remplies par ailleurs.Une majoration de deux euros sera attribuée pour les 500 premières brebis. La seconde aide complémentaire de 2015 de six euros pour un ratio supérieur à 0,8 ou une inscription dans une démarche de qualité est éliminée. Ce montant est rajouté aux trois euros de la première aide complémentaire, relevée à neuf euros avec comme condition d’être adhérent à une organisation de producteur ou signataire d’un contrat de commercialisation ou commercialiser sa production en circuit court et d’atteindre le ratio de 0,5 (cette dernière condition reste encore sous l’approbation de la commission). Une aide complémentaire de six euros est maintenue pour les nouveaux producteurs d’ovins.

La suite dans le Réveil Lozère, page 7, édition du 24 novembre 2016, numéro 1385.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Malgré une interdiction de principe de l’utilisation de certains pesticides en période de floraison, plus de la moitié de leurs usages bénéficient de dérogations.

alerte l’Unaf (union nationale de l’apiculture française) dans un communiqué du 20 mai, journée mondiale des abeilles.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui