Le Réveil Lozère 17 janvier 2018 à 08h00 | Par ED

Les agriculteurs veulent plus d’innovations techniques et non changer de modèle

Les agriculteurs veulent plus d’innovations techniques mais pas un changement de modèle, pourrait-on résumer à la lecture des résultats d’une enquête Ipsos en partenariat avec la plateforme Agriavis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Thierry Guillemot

Ispos en partenariat avec la plateforme Agriavis a lancé une enquête sur les attentes de la part des agriculteurs, exprimées lors des États généraux de l’alimentation (EGA). Les résultats ont été rendus publics le 9 janvier. Cette étude, menée auprès de 308 agriculteurs, « majoritairement représentatifs de grosses exploitations en grandes cultures et élevage », révèle ainsi que les EGA ont surtout généré de l’attentisme (49 %) ou du pessimisme (46 %)*. À noter que les personnes interrogées pouvaient donner jusqu’à trois réponses possibles. L’étude révèle d’autres éléments intéressants comme le modèle agricole privilégié par les agriculteurs pour la France. Ce dernier repose principalement sur des filières courtes ou locales (63 % des réponses) et sur la proposition de solutions pour améliorer la productivité (45 %). Privilégier la production bio n’est, par contre, pas mis en avant par les agriculteurs (12 %) contrairement aux demandes des consommateurs et au discours politique ambiant. Proposer des produits d’une plus grande diversité (36 %) et de plus grande qualité sanitaire (32 %) et nutritive (28 %) reste aussi la voie de développement du modèle agricole français selon les agriculteurs.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1443, du 18 janvier 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.