Le Réveil Lozère 18 juillet 2018 à 09h00 | Par Mélodie Compte

Les agriculteurs s’interrogent sur le devenir de leur activité dans la chaîne

La chaîne des puys-faille de Limagne demeurera-t-elle un territoire rural où l’agriculture a toute sa place ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’estive, une pratique répandue sur les pentes du Puy-de-Dôme.
L’estive, une pratique répandue sur les pentes du Puy-de-Dôme. - © Henri Derus – Photothèque CD63

Onze ans. C’est le nombre d’années qu’a attendu le conseil départemental du Puy-de-Dôme pour voir aboutir son initiative de classement de la chaîne des puys-faille de Limagne au patrimoine mondial de l’Unesco. Un travail de longue haleine aujourd’hui récompensé et dont l’ensemble des acteurs, entreprises et citoyens du département, se réjouissent. Cependant, il n’est pas sans soulever certaines interrogations. Le conseil départemental a toujours affirmé aux différents acteurs qu’une telle reconnaissance ne serait pas synonyme de contrainte supplémentaire pour les habitants et entreprises des communes concernées. Mais jusqu’à quel point ?
Il ne s’est également jamais caché qu’un tel classement augmenterait la fréquentation touristique dans la chaîne des puys. Mais la gestion de cette nouvelle affluence fait-elle déjà l’objet d’un plan de gestion réalisé en concertation avec les acteurs de ce territoire ? Agriculteurs et élus s’interrogent.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1469, du 19 juillet 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.