Le Réveil Lozère 14 février 2018 à 10h00 | Par Florence Guilhem

« Les agriculteurs doivent s’adapter plus que jamais »

Interview d'Éric Birlouez, ingénieur agricole et sociologue.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Quelles sont les attentes de la société française par rapport à l’alimentation ?
Avant toute chose, il est important de préciser que la société française a profondément changé ces 50 dernières années, et pas seulement sur le plan de l’alimentation. 80 % des Français vivent désormais dans un espace urbain. Toutes ces mutations ont eu un impact sur l’alimentation. De ce fait, les pratiques alimentaires ont évolué, mais aussi, plus généralement, un nouveau rapport à l’alimentation est apparu.
Jusqu’aux années 1980, les attentes étaient simples. Elles portaient à la fois sur la sécurité alimentaire, la santé, le service et la satisfaction, au sens de la saveur des aliments. Depuis, les attentes se sont démultipliées et sont “éclatées”, à savoir tant sur le type de produit consommé que sur les attentes d’un individu, qui peuvent varier au cours d’une même journée, de la semaine, voire du mois.
Quand on évoque ces nouvelles attentes, il faut aussi prendre en compte celles en lien avec l’environnement, le bien-être animal, la volonté d’être acteur dans ses choix alimentaires…

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1447, du 15 février 2018, en page 2.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s’installant en agriculture biologique.

a déclaré Guillaume Riou, à l’occasion de sa réélection à la présidence de la fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).