Le Réveil Lozère 22 février 2017 à 08h00 | Par Le Réveil Lozère

Le SIA, un plaidoyer pour l’agriculture « made in France »

La cinquante-quatrième édition du Salon international de l’agriculture (SIA) ouvrira ses portes samedi 25 février à Paris. Elle mettra en avant la passion et l’ambition du secteur agricole français. Un message positif, malgré la crise, pour montrer aux politiques que l’agriculture française innove et a de l’avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Fine, la vache Bretonne pie-noir, est l’égérie de ce salon. Elle prend la pose avec son éleveur Cédric Briand.
Fine, la vache Bretonne pie-noir, est l’égérie de ce salon. Elle prend la pose avec son éleveur Cédric Briand. - © Sia 2017-P.Parchet

Valérie Le Roy, la directrice, a affirmé que le SIA mettrait « en valeur la production française ». Elle a également précisé que « le secteur embauchait et que 12 000 postes n’étaient pas pourvus ». D’où le slogan adopté cette année, « l’agriculture : une passion, des ambitions ! » Un message positif important, malgré la crise, pour montrer aux politiques qui viendront sans doute en nombre que l’agriculture française innove et a de l’avenir. « Il faut balayer l’idée d’une rupture entre l’agriculture et la société. Les agriculteurs portent des enjeux forts liés notamment à l’alimentation, le sanitaire ou la préservation des terres », a souligné le sociologue François Purseigle. L’agriculture n’occupe plus la place d’antan, « pourtant la profession est toujours autant structurée », ajoute-t-il. Une structuration nécessaire pour faire face aux défis actuels. Le modèle familial est remis en cause, entre la difficulté pour trouver un repreneur au sein de la famille ou les achats de foncier par des investisseurs ; sans compter la difficulté, pour un chef d’exploitation, de devoir gérer les aspects techniques et organisationnels de son outil de travail, dans un contexte de crise quasi permanent.
Une agriculture qui se transforme
Pour François Purseigle, l’agriculture se transforme et il va falloir répondre au besoin croissant de conseil et de formation. « L’agriculture attire, ce n’est plus un métier subi. » Un forum de l’emploi sera organisé et un focus sera fait sur l’ambition numérique du secteur, un levier de compétitivité important pour l’agriculture : agriculture de précision, réduction de la pénibilité, services en lignes, etc. Comme l’an dernier, les start-up agricoles se retrouveront sur le stand de la Ferme digitale, avec six membres de plus qu’en 2016. Preuve de ces évolutions, le site de financement participatif Miimosa, son fondateur Florian Breton et équipe seront présents pour discuter de ces nouveaux enjeux : reconversions professionnelles, renouvellement des générations, agriculture urbaine, agriculture et alimentation durable, etc.

La suite dans le Réveil Lozère, page 9, édition du 23 février, numéro 1398.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui