Le Réveil Lozère 08 octobre 2014 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Le show open génisses 2014 se pose à Saint-Flour

Corinne Toulze et ses collègues cantaliens ont décidé de sauver l’édition 2014 du show open génisses stéphanois. Le concours se déroulera samedi 25 et dimanche 26 octobre à Saint-Flour.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’an dernier à Saint-Étienne, la manifestation avait rassemblé 500 animaux, issus de 270 élevages de 45 départements.
L’an dernier à Saint-Étienne, la manifestation avait rassemblé 500 animaux, issus de 270 élevages de 45 départements. - © Union du Cantal

Depuis dix ans, rares sont les concours départementaux et nationaux que la famille Toulze a ratés : Cournon, le show open génisses de Saint-Étienne, les miss et journées laitières, le top 100, Lausanne, et même en 2012, la porte de Versailles à Paris, où Salinoise Vahiné a fini sur la deuxième marche du podium. Un an après s’être installée avec son époux à La Salesse de Paulhac, Corinne Toulze fait ses premiers pas sur les rings avec Nova au Sommet de l’élevage. Une première expérience qui va d’emblée donner à l’agricultrice le goût des concours. « Quand on rentre d’un concours, on est encore plus motivés pour traire, exprime cette dynamique cantalienne, qui élève avec son mari un troupeau Prim’hostein et une cinquantaine de Limousines. Ça permet aussi de sortir, de rencontrer d’autres éleveurs et, bien sûr, de mieux valoriser les animaux pour la vente. » C’est justement au retour d’une compétition, le challenge France Prim’hostein à Épinal en avril, que Corinne Toulze, en concertation avec Pauline Durand (Cantal conseil élevage) et Thierry Gauthier (entreprise Bovec), se lance dans un pari fou : reprendre l’organisation du show open génisses historiquement implanté à Saint-Étienne. « On venait d’avoir la confirmation que les organisateurs de la Loire avaient dû jeter l’éponge, faute de disposer aux dates prévues de l’infrastructure stéphanoise et suite à un certain essoufflement des bénévoles, raconte-t-elle.

La suite dans le Réveil Lozère, page 11, édition du 9 octobre 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui