Le Réveil Lozère 17 avril 2019 à 10h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Le Sénat adopte le projet de fusion ONCFS-AFB, mais s’inquiète de son financement

Le Sénat a adopté, le 12 avril, à l’unanimité en séance publique le projet de fusion de l’ONCFS et de l’AFB, ajoutant toutefois le mot « chasse » au nom du futur « Office français de la biodiversité ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les parlementaires ont par ailleurs exprimé leur « vive inquiétude » quant au financement du futur établissement. Jean-Claude Luche, rapporteur de la commission du développement durable, a ainsi regretté que, pour 2020, l’agence soit confrontée à « 40 millions d’euros de dépenses non couvertes », en raison notamment de la baisse du prix du permis de chasse. Les sénateurs ont partagé leurs craintes que les « agences de l’eau » ne soient mobilisées pour couvrir ce déficit. Ils ont par ailleurs ajouté plusieurs amendements sur la question du loup. Le Sénat a ainsi confié à la future agence le « comptage des populations au sein des parcs animaliers », la rédaction d’un « rapport sur la méthodologie de comptage des loups », et l’émission d’un « avis » sur les plans loups quinquennaux, afin de « ne pas devoir attendre cinq ans » afin de l’adapter à « la réalité du terrain ». Le projet doit désormais être débattu à l’Assemblée nationale en seconde lecture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui