Le Réveil Lozère 16 janvier 2019 à 09h00 | Par Agrafil

Le registre des actifs agricoles a son site internet

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le registre des actifs agricoles prévu par la loi d’Avenir pour l’agriculture de 2014, a son site internet grand public, indique l’Apca qui en a la gestion, dans un communiqué de presse du 11 janvier. « Nous avons eu des problèmes techniques dans sa mise en place, explique Dominique Bouvier, responsable du service entreprises et installation interrogé par Agra presse. Mais depuis le 2 janvier, le site permet à tous de consulter la base de données ». Ce registre est l’équivalent du registre du commerce et des sociétés (RCS) et répertorie l’ensemble des actifs agricoles « sans démarches supplémentaires ou coûts pour les agriculteurs » rassure-t-il. Les utilités potentielles de ce dispositif sont nombreuses, estime l’Apca : « circonscrire le versement de certaines aides publiques aux seuls agriculteurs qualifiés d’actifs agricoles, simplifier les échanges avec les divers organismes et administrations, prévoir pour les exploitants agricoles la possibilité de transmettre leur place de marché ou encore contribuer à la définition du statut de l’agriculteur professionnel ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui