Le Réveil Lozère 26 septembre 2018 à 10h00 | Par Valérie Godement

Le raisin de table, fierté nationale

De la fin juillet à l’automne, le raisin de table fait le plaisir des gourmets. Il est le sixième fruit le plus consommé par les Français.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le raisin de table, noir ou blanc, est le sixième fruit le plus consommé par les Français.
Le raisin de table, noir ou blanc, est le sixième fruit le plus consommé par les Français. - © DR

Son origine remonte à 6 000 ans avant J.-C. comme l’attestent des traces identifiées en Europe centrale. En 600 avant J-C, la vigne s’implante en Gaule grâce aux Phocéens qui créent Massilia (Marseille). Au xvie siècle, c’est François Ier qui vaut au raisin d’être reconnu comme un fruit et non plus uniquement pour ses qualités viticoles. Au xviie siècle, Louis XIV continue de convier ce fruit à sa table et consomme les variétés les plus réputées. Les raisins du « Midi » partent alors à l’aventure à dos de cheval ou de mulet dans des caisses garnies de son.
Comme beaucoup de produits français traditionnels, le raisin de table a eu beaucoup de mal à résister aux mouvements du marché européen. Après de longues années de repli, la stratégie de différenciation territoriale basée sur des signes officiels de qualité semble enfin porter ses fruits. L’AOP (association nationale des organisations de producteurs) raisin de table qui a été créée en 2009 aide les producteurs dans leurs stratégies d’adaptation de l’offre à la demande. Parmi elles, on peut citer l’AOP Muscat du Ventoux, particulièrement dynamique puisqu’elle a lancé en 2006 la marque « Savourez le Vaucluse ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1477, du 27 septembre 2018, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui