Le Réveil Lozère 01 octobre 2014 à 08h00 | Par Interbev LR

Le point sur les cotations bovine et ovine

Suite à une diminution du cours des vaches françaises à l’entrée abattoir durant le deuxième trimestre, les cotations (viande bovine) ont subi une légère augmentation pendant la période estivale. En ovin, l’agneau était à 5,48 €/kg au mois d’août.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour la filière bovine, les prix ont gagné quelques centimes, passant de 3,99 à 4,03 €/kg carc. entre les mois de juillet et septembre pour les vaches R3. On notera d’ailleurs qu’au niveau européen, seule la France présente cette évolution, puisque l’Irlande et l’Allemagne sont dans des dynamiques inversées. Le cours des jeunes bovins suit, quant à lui, la même évolution que celui des vaches, avec des un prix pour les JB U3 à

3,92 €/kg carc. en septembre contre 3,87 en juillet. Il est important de souligner que les prix entrée abattoir, aussi bien pour les vaches que pour les JB, sont à des niveaux inférieurs à 2013, de l’ordre de 7 %. Concernant les ovins : Alors que l’agneau français à Rungis atteignait les 7,1 €/kg au mois de juin, on assiste depuis trois mois à une diminution progressive des cours, avec un prix au mois d’août qui pointe à 5,48 €/kg. Ce niveau de prix est inférieur de 6 % à celui de l’an dernier à la même époque. Les volumes de viande importés depuis la Nouvelle-Zélande sont toujours inférieurs à 2013, avec 29 % des volumes en moins au mois de juillet. « Malgré des abattages d’agneaux réduits, la consommation estivale morose et la chute du prix du cinquième quartier pèsent sur le cours de l’agneau depuis juillet.

La suite dans le Réveil Lozère, page 8, édition du 2 octobre 2014.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui