Le Réveil Lozère 27 décembre 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Le point sur la situation sanitaire en élevage

Le groupement de défense sanitaire de Lozère tenait son assemblée générale vendredi 15 décembre. Entre IBR, BVD, FCO et Border, l’association a pu dresser un état des lieux en Lozère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Réuni pour son assemblée générale, vendredi 15 décembre, à Balsièges, le GDS de Lozère a pu faire le point sur la situation sanitaire sur le département mais aussi au niveau régional et national. « Des programmes nationaux d’éradication de maladies se mettent en place pour maintenir notamment la vocation exportatrice de nos animaux reconnus pour leur très haute qualité sanitaire, c’est le cas de l’IBR et la BVD, a déclaré Emmanuel Roux, président du GDS. Les grands enjeux sanitaires ne sont plus ceux du passé et la pression des pays situés sur les mêmes marchés que nous engagent les éleveurs dans une « marche en avant », une demande toujours accrus d’excellence sanitaire. Être qualifié brucellose, tuberculose et leucose ne suffit plus. » Concernant les qualifications et certifications, le président du GDS a salué la « prise de conscience des éleveurs » en matière d’IBR. En effet, la structure enregistre cette année des chiffres records en termes de qualification : plus de 1 000 cheptels, soit 57 %, sont qualifiés, 302 sont en cours de qualification sans animaux positifs. « Nous allons qualifier pendant 12 mois autant de cheptels que pendant 15 années », indique Emmanuel Roux. Des chiffres qui s’expliquent par l’obligation de qualification mais qui n’en restent pas moins importants pour le département qui rattrape ainsi peu à peu son retard en la matière.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1440, du 28 décembre 2017, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui