Le Réveil Lozère 29 août 2018 à 15h00 | Par Actuagri

Le point sur la filière laitière

En France, le nombre de producteurs a baissé entre 2016 et 2017, selon l'enquête annuelle d'Agreste, publiée en juillet, mais les livraisons de lait sont stables.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La production de fromages et de laits liquides conditionnés est en recul, tandis que celle de laits fermentés et de crème conditionnée augmente. Agreste a publié son enquête annuelle sur la filière laitière pour 2017. Selon le document, la France comptait 56 984 producteurs de lait de vache l'année dernière, soit près de 2 500 de moins qu'en 2016. Les livraisons de lait de vache ont cependant stagné, pour s'établir à environ 23,9 milliards de litres. Les trois premières régions productrices sont la Bretagne, l'Auvergne-Rhône-Alpes et les Pays-de-la-Loire. En ce qui concerne le lait de chèvre, 2 485 producteurs ont été recensés dans l'Hexagone, un chiffre en très légère augmentation par rapport à 2016. Les livraisons se maintiennent là aussi à 470 millions de litres. La Nouvelle-Aquitaine, l'Auvergne-Rhône-Alpes et le Centre-Val-de-Loire, sont les principales régions productrices de lait de chèvre. Enfin, le nombre de producteurs de lait de brebis s'est légèrement réduit par rapport à 2016, passant de 3 459 à 3 445. Les livraisons ont légèrement augmenté de 0,7 %, pour s'établir à 286 millions de litres. La production se fait principalement en Occitanie, en Nouvelle-Aquitaine et en Corse. L'industrie laitière a produit 3,269 milliards de litres de laits liquides conditionnés, soit 2,6 % de moins qu'en 2016.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1473, du 30 août 2018, en page 2.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui