Le Réveil Lozère 30 décembre 2019 à 16h00 | Par MR

Le « PIB agricole » français attendu en baisse

L’Insee a publié une première synthèse des résultats économiques prévisionnels de la ferme France en 2019. La contribution de la branche agricole au PIB est attendue en baisse de 4,9 %.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Emilie Durand

Malgré le report de la réunion de la Commission des comptes de l’agriculture de la nation (CCAN) au 10 janvier, l’Insee a publié, le 17 décembre, ses chiffres prévisionnels provisoires pour l’année 2019. Ils sont marqués par un repli de 4,9 % en euros courants de l’équivalent agricole du PIB agricole (valeur ajoutée brute au coût des facteurs). Rapporté à l’actif la baisse est de 4,5 % (-5,9 % en euros constants). Malgré cette baisse, la valeur ajoutée à l’actif (voir graphique ci-contre, ndlr) « ne décroche pas des hauts niveaux de croissance cumulée qu’elle a atteints depuis le milieu des années 2000 », commentent les chambres d’agriculture, dans une note parue le 18 décembre. « C’est un peu l’énigme de l’agriculture française : sa compétitivité s’essouffle mais les résultats par actif progressent sur le moyen terme ». Ils sont toutefois plus volatils depuis une dizaine d’années.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1541, du 01 janvier 2020, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».