Le Réveil Lozère 27 décembre 2017 à 08h00 | Par Marie-Pascale Vincent

Le pastoralisme dans l’aménagement du territoire

Dans le cadre d’une journée organisée par l’entente, les acteurs du territoire étaient invités à s’exprimer sur les liens entre pastoralisme et paysage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Julien Beinat

Loin d’être figé, le pastoralisme, y compris au sein du territoire classé au patrimoine mondial de l’Unesco, évolue, traduisant les changements de la Politique agricole commune, la présence du loup, les orientations agricoles locales, etc. Réfléchir aux liens entre l’agropastoralisme et le paysage de façon à mieux prendre en compte cet enjeu dans l’aménagement du territoire, tel était l’un des thèmes abordés par l’Entente Unesco, le 15 décembre à Florac. « De même que sur le tourisme ou encore la communication et gouvernance, nous avons choisi de réfléchir à ces sujets sous la forme d’ateliers. Il s’agit de donner la possibilité aux professionnels, aux habitants, aux élus de se retrouver et d’échanger », précise Morgane Coste-Marre, responsable de l’Entente.

Les relations entre agropastoralisme et paysage, au coeur du classement Unesco, font l’objet d’une étude menée par Alice Seban, étudiante à Agroparistech qui invitait le public à réagir à un diaporama photo. Et les réflexions recueillies l’aideront à bâtir « une boite à outils » de façon à accompagner les élus dans la rédaction de documents d’urbanisme.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1440, du 28 décembre 2017, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.