Le Réveil Lozère 29 janvier 2020 à 16h00 | Par Sophie Chatenet

Le pari d’une filière économique équilibrée

En réunissant vingt-deux départements sous sa bannière, la marque « alt.1886 » entend valoriser la viande bovine du Massif central.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marion Ghibaudo - Illustration

Le 4 octobre 2019 au Sommet de l’élevage de Clermont-Cournon, il y avait de l’émotion dans l’air, mêlée à la satisfaction de démarrer une belle aventure. Devant un parterre d’élus, de responsables professionnels, d’opérateurs de la filière viande du Massif central, les acteurs de l’association Valomac porteuse de la marque « alt. 1886 : les viandes du Massif »* ont écrit un premier chapitre déterminant pour leur avenir. « Il y a un an, nous avons décidé de transformer nos spécificités en opportunités en surmontant nos préoccupations individuelles pour construire une marque porteuse de valeurs », a résumé Benoît Julhes, président de Valomac. Un an plus tard, le premier contrat tripartite entre éleveurs, transformateur et distributeur a donc été signé. Ce contrat engage l’association Valomac, le transformateur local Languedoc Lozère viande (filiale du groupement de producteurs Celia) et le distributeur Système U.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 30 janvier 2020, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Continuons de faire de l’agriculture de conservation, parce que c’est un bon modèle, et continuons à mettre du glyphosate tant qu’on n’a pas trouvé autre chose

a déclaré le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. Il a indiqué que l’agriculture de conservation fera partie des usages autorisés pour le glyphosate après 2021, en l’absence d’alternatives.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui