Le Réveil Lozère 10 octobre 2018 à 11h00 | Par Sophie Chatenet

Le nouvel étendard des viandes du Massif central

Portée par les éleveurs et les transformateurs du Massif central, la marque « alt. 1886, les viandes du Massif » a été officiellement lancée au Sommet de l’élevage. Une énième marque ? Non, une marque qui a du sens, on vous explique pourquoi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Benoît Julhes, Bruno Dufayet, Hervé Puigrenier, Philippe Dumas et Patrick Bénézit.
De gauche à droite : Benoît Julhes, Bruno Dufayet, Hervé Puigrenier, Philippe Dumas et Patrick Bénézit. - © SC

Salle comble, vendredi au Sommet de l’élevage, pour le lancement de la marque « alt. 1886, les viandes du Massif ». Devant un parterre d’élus, de représentants de l’État*, de responsables professionnels, d’acteurs économiques du grand Massif central, ont été dévoilés les contours d’une démarche qui se veut plus singulière qu’une simple marque**. Dans un contexte de cours de la viande chaotiques, d’aléas climatiques à répétition, d’attaques sociétales souvent blessantes, mais conscients du rôle central joué par l’élevage et les filières agro-alimentaires sur les territoires du Massif central, en matière de création de richesses, d’emplois, d’environnement, d’aménagement du territoire, les professionnels du secteur de la viande se sont mobilisés et ont choisi de travailler ensemble pour imaginer un modèle économique vertueux valorisant leur production.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1479, du 11 octobre 2018, en page 8.

* Le projet est accompagné par des fonds issus de la convention de Massif central.
** Les membres fondateurs de la marque sont : la Copamac-Sidam, la FRSEA Massif central, l’Aria Auvergne Rhône-Alpes, Coop de France Auvergne Rhône-Alpes et Elvea Sud Massif central.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui