Le Réveil Lozère 16 mai 2018 à 09h00 | Par Valérie Godement

Le nouveau contrôle technique arrive

Pour se mettre en conformité avec une nouvelle directive européenne, le contrôle technique automobile va être modifié, en France, à partir du 20 mai.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le nouveau contrôle technique prévoit plus de points à vérifier et va être plus onéreux.
Le nouveau contrôle technique prévoit plus de points à vérifier et va être plus onéreux. - © DR

La nouvelle directive européenne a pour but de renforcer la prévention et la sécurité routière en introduisant un contrôle technique plus exigeant. En 2011, la Commission européenne s’est donnée pour but de diviser par deux le nombre de tués sur les routes d’Europe par rapport à l’année 2010. Cet objectif s’appuie sur l’harmonisation du contrôle technique au niveau européen : tous les États membres ont l’obligation d’appliquer la même réglementation. La Commission européenne a donc adopté la directive nº 2014/45 transposée en droit français qui permet d’écarter des routes les voitures présentant un risque sérieux pour la sécurité routière. Conséquence plus de points seront contrôlés et surtout, plus de défaillances seront soumises à des sanctions. Les points de contrôle passent ainsi de 123 à 132, à ne pas confondre avec les défaillances (terme qui remplace « défauts »), 606 pourront être relevées à partir de dimanche prochain, contre 410 aujourd’hui. Le nombre de fonctions contrôlées passe quant à lui de 10 à 9.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1460, du 17 mai 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.