Le Réveil Lozère 16 septembre 2020 à 10h00 | Par SC

Le nombre d’exploitants recourant aux ETA a doublé entre 2000 et 2016 

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Entre 2000 et 2016, le nombre d’exploitations agricoles ayant recours aux entreprises de travaux agricoles (ETA) a doublé, pour atteindre un effectif de 25 542 exploitations et un marché de 4 milliards d’euros, selon une synthèse des travaux sur la « sous-traitance agricole » des chercheurs Geneviève Nguyen, François Purseigle, Julien Brailly et Bruno Legagneux, publiée le 3 septembre par le Centre d’études et de prospective (CEP) du ministère de l’Agriculture. Le recours aux ETA n’est plus l’apanage des petites exploitations ; la hausse « est le fait principalement des moyennes et grandes exploitations qui représentent 69 % du total des exploitations françaises et 70 % des exploitants ayant recours à la sous-traitance », constatent les auteurs. Selon eux, le contexte y est « particulièrement favorable », notamment par les incitations publiques et sociétales à des pratiques « qui requièrent un matériel, une qualification ou une technicité spécifiques ». Et de citer comme exemples : l’« agriculture à bas intrants », les « normes environnementales », les « préoccupations des agriculteurs pour l’environnement et leur santé », la « multiplication des controverses et des conflits de voisinage », mais aussi le développement de la bio, ou du « zéro résidu de pesticides ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui