Le Réveil Lozère 10 mai 2017 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Le musée, temple de la mer

Créé par le prince Albert Ier, trisaïeul du prince Albert II de Monaco, le musée océanographique fut conçu dès l’origine comme un palais entièrement dédié à l’art et à la science.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Située dans l’aile ouest, la salle de la baleine met en lumière un ensemble de squelettes de mammifères marins dont celui du plus grand spécimen conservé par le musée : un rorqual de plus de 18 mètres de long.
Située dans l’aile ouest, la salle de la baleine met en lumière un ensemble de squelettes de mammifères marins dont celui du plus grand spécimen conservé par le musée : un rorqual de plus de 18 mètres de long. - © Sophie Chatenet

De l’ornement des façades à celui des salles, tout dans l’architecture du musée évoque le monde marin. Depuis son inauguration le 29 mars 1910, ce temple de la mer, dont 6 500 m² sont ouverts au public, s’impose comme une référence au niveau international. Culminant à 85 mètres au-dessus des flots, il propose une plongée éblouissante à la découverte de plus de 6 000 spécimens et se présente comme un lieu d’échange et de culture, où se confrontent les expériences autour de la protection des océans, patrimoine commun de l’humanité. Des aquariums aux collections d’histoire naturelle, en passant par le lagon aux requins et l’île aux tortues sur la terrasse panoramique, le musée offre aux visiteurs la possibilité unique d’apprendre à connaître, aimer et protéger les océans. En un seul lieu, le visiteur peut découvrir les espèces étonnantes de la Méditerranée, l’incroyable diversité des habitants du récif corallien et le monumental lagon aux requins. Le musée qui accueille en moyenne 650 000 visiteurs chaque année, est l’un des poumons d’attractivité de la principauté.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1409, du 11 mai 2017, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui