Le Réveil Lozère 30 avril 2018 à 14h00 | Par Marie-Pascale Vincent

Le moulin de la Borie ouvre des perspectives

Après six ans de projets et la rénovation du site, la population et les partenaires ont inauguré ce moulin qui contribue au développement du causse et de l’agriculture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Civam

« Le projet de moulin à La Borie a commencé par fédérer les habitants du causse et l’ambiance joyeuse lors de cette inauguration, témoigne du fait qu’ils se réjouissent, de cette réalisation. Aujourd’hui, la présence du moulin ouvre aussi d’autres perspectives comme le suggérait André Baret, le maire de Hures-la-Parade, dans son discours, même s’il reste encore à faire. Ce fut une journée émouvante comme peut l’être, l’achèvement d’un long travail », témoigne Alice Mulle qui s’investit au titre du Civam Lozère dans le projet du moulin de la Borie depuis 2012.

Une dynamique globale
Samedi 21 avril sur le causse Méjean, l’inauguration du moulin dont les ailes se sont parées de toiles à l’effigie de la marque La Méjeanette, trois cents personnes, élus, membres de la filière, des agriculteurs aux boulangers, partenaires, etc., se sont réunies pour cette inauguration. « Les élus, Aurélie Maillols au nom de la Région Occitanie en tête, ont souligné l’importance du moulin pour le territoire et la filière agricole. Thierry Coulon, le meunier est revenu sur ce qui l’avait séduit soit le fait que l’agriculture vienne enrichir l’aspect patrimonial. Il a souligné combien cette première période sur le causse, après des années de meunerie, avait bouleversé sa façon de faire, rajoute Alice Mulle. Si l’on a obtenu des financements pour rénover l’ancienne maison du meunier (une souscription lancée par la fondation du patrimoine qui a déjà reçu 50 000 € de dons est encore ouverte) et que le sentier d’interprétation sera en place cet été, manque à finaliser la construction d’un bâtiment de stockage. Également nous cherchons à développer des actions communes avec d’autres initiatives innovantes sur le causse comme pour le buffet servi pour l’inauguration à base de pains issus de la farine du causse, La Méjeanette et les fromages du Fédou. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1458, du 3 mai 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.