Le Réveil Lozère 06 novembre 2019 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Le moha, une dérobée à développement rapide

La chambre d’agriculture de Lozère a mené des essais qui se révèlent positifs sur le moha. Cette plante à utiliser en dérobée fourragère, à levée rapide, permet de faire du stock pour l’automne dans un contexte d’épisodes climatiques de plus en plus intenses. Le seul bémol serait sa valeur alimentaire, compensée par des mélanges avec des légumineuses au moment du semis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nancy Sagnet

La chambre d’agriculture de Lozère a lancé, de juin à août 2019, des tests sur le moha en bio après un appel à projets de la région Occitanie. Utilisée comme dérobée, elle donne de bons résultats pour du stock fourrager. Selon Laure Gomita, conseillère spécialisée agronomie et environnement, le moha est « une piste à explorer », avec un bémol : « à ne pas planter seul, car sa valeur alimentaire est faible ». « On a une matière azotée totale faible, aux alentours de 100 g/kg de matière sèche sur les analyses. Et l’UF aux alentours de 0,7 donc pareil, on est plutôt faible, notamment pour les laitiers », explique Laure Gomita. Les essais de la chambre d’agriculture de Lozère se sont déroulés à Grandrieu dans les parcelles du Gaec Pontier. « On avait quatre mélanges avec deux répétitions, sur des placettes de 6 × 10 », ajoute la conseillère.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1533, du 7 novembre 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Cet accord leur apporte une meilleure protection et une meilleure valorisation sur le marché chinois. Il contribue à promouvoir le modèle de développement rural associant terroir, producteurs et consommateurs qu’incarnent les indications géographiques. Il apporte un gage supplémentaire de qualité pour les faire apprécier des consommateurs chinois et réciproquement.

indique Didier Guillaume dans un communiqué du 6 novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui