Le Réveil Lozère 06 février 2018 à 01h00 | Par Aurélie Pasquelin

Le miel, un bon remède pour aider à la cicatrisation des plaies

Le syndicat, le GDS apicole de Lozère et le parc national des Cévennes organisaient samedi 3 février leur 7e journée apicole. Le matin, deux conférences montraient les effets de l’apithérapie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

C’est maintenant une tradition, chaque année, au cours de l’hiver, le syndicat apicole de Lozère, le GDS apicole et le parc national des Cévennes unissent leurs forces pour organiser une journée dite « apicole ». Pour leur septième édition, samedi 3 février, ils ont réuni quelque 80 personnes venues de Lozère et des départements alentour. « Cette journée est prisée des apiculteurs, confie Henri Clément, président du syndicat apicole de Lozère. Nous avions limité le nombre de participants et nous avons été rapidement complets. » Un succès qui s’explique par le programme varié de l’événement. Ainsi pour l’édition 2018 de cette journée, cinq conférences étaient organisées autour de la cire, de l’apithérapie, de l’apiculture dans le monde ou encore du varroa. Le matin Benjamin Gonella, vétérinaire et la professeur Estelle Jumas-Bilak de l’université de Montpellier ont chacun présenté leurs travaux en matière d’apithérapie, soit les soins apportés grâce au miel. Et pour les deux intervenants, les résultats sont concluants.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1446, du 8 février 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.